WEBER (H. M.)


WEBER (H. M.)
WEBER (H. M.)

WEBER HEINRICH MARTIN (1842-1913)

Universalité. C’est le mot qui caractérise peut-être le mieux le mathématicien allemand Heinrich Weber. Esprit souple, il était capable de travailler dans des domaines très divers des mathématiques. Mais il concentra surtout ses recherches sur l’analyse et ses applications à la physique mathématique et obtint ses résultats les plus profonds en algèbre et en théorie des nombres.

Né en 1842 à Heidelberg, il y commença ses études universitaires en 1860 et y acquit son doctorat (1863) après avoir passé une année à l’université de Leipzig. Avant d’obtenir un poste à l’université de Heidelberg (1869), il travailla à Koenigsberg où fonctionna pleinement le séminaire de mathématiques fondé en 1834 par C. G. J. Jacobi. C’est à Koenigsberg que Weber subit une influence déterminante pour ses recherches futures. F. Neumann l’encouragea à se pencher sur le traitement mathématique des problèmes de physique théorique. C. F. Richelot le poussa vers l’étude des fonctions algébriques. Heinrich Weber enseigna successivement à l’école polytechnique fédérale de Zurich (1869-1875), à l’université de Koenigsberg (1875-1883), à l’école polytechnique de Berlin-Charlottenbourg (1883-1884), aux universités de Marbourg (1884-1892) et de Göttingen, et à partir de 1895 à Strasbourg (alors allemande).

Les premiers travaux de Weber portent sur les équations différentielles aux dérivées partielles de la physique mathématique. Une contribution importante dans ce domaine est son mémoire (1869) sur l’équation:

Il traita également des problèmes relatifs à la chaleur, l’électricité et le mouvement des corps rigides dans les liquides et étudia la représentation de fonctions arbitraires par des séries de Fourier dont les coefficients sont des fonctions de Bessel. Il rassembla une partie de ses recherches dans Die partiellen Differentialgleichungen in der mathematischen Physik (1900-1901), qui est une rédaction considérablement enrichie de l’ouvrage tiré par K. Hattendorff des cours de Rieman sur le même sujet.

Se fondant sur le cours de Carl Neumann sur la théorie des intégrales abéliennes de Riemann paru en 1865 et sur l’ouvrage de A. Clebsch et de P. Gordan sur les fonctions abéliennes, H. Weber a donné une démonstration du théorème d’Abel dans sa forme la plus générale, en développant de façon purement algébrique les idées riemanniennes. La fin de ses recherches sur les fonctions abéliennes était un moment décisif dans la vie scientifique de Weber: il s’occupa désormais d’arithmétique, de théorie des nombres, de la théorie des corps algébriques et de la multiplication complexe des fonctions elliptiques.

Heinrich Weber était l’ami intime de R. Dedekind. Ensemble ils ont édité les œuvres de B. Riemann. Weber rédigea en collaboration avec Dedekind un ouvrage fondamental sur les fonctions algébriques d’une variable, dont le but est de fonder rigoureusement et de manière exclusivement arithmétique la théorie de Riemann sur les fonctions algébriques.

H. Weber a lié ses travaux sur les fonctions transcendantes à la théorie des équations de Galois et a fondé la théorie de Galois sur la notion de corps. Dans ce cadre, il a démontré le théorème de Kronecker affirmant que tous les corps abéliens absolus sont cyclotomiques, c’est-à-dire peuvent être obtenus des nombres rationnels par l’adjonction de racines de l’unité. Dans Elliptische Funktionen und algebraische Zahlen , paru en 1891, Weber utilisa les progrès les plus récents en théorie des invariants et en théorie des groupes pour exposer la théorie des fonctions elliptiques de Jacobi et de Weierstrass.

Son Traité d’algèbre supérieure (1895-1896) a remplacé en Allemagne le cours de J.-A. Serret qui y avait exercé une grande influence. Cet ouvrage rassemble les points de vue les plus importants de la théorie des groupes et de la théorie de Galois développée par C. Jordan et par Weber lui-même en liaison avec les recherches de Kronecker.

H. Weber fut un professeur enthousiaste. Parmi ses étudiants on compte H. Minkowski et D. Hilbert. Très intéressé aux problèmes de l’éducation et de l’enseignement des mathématiques, il rédigea en collaboration avec J. Wellstein l’important ouvrage Enzyklopädie der Elementarmathematik . Il s’est aussi occupé de problèmes de philosophie de la nature et sa fille a traduit en allemand la Valeur de la science de Henri Poincaré.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Weber — puede referirse a: el weber (Wb) una unidad para medir el flujo magnético. el Síndrome de Sturger Weber. la ley de Weber Fechner, que cuantifica el estímulo y la percepción. la marca de barbacoas weber. los siguientes científicos e investigadores …   Wikipedia Español

  • weber — [ vebɛr ] n. m. • 1880; du nom du physicien W. Weber ♦ Unité de mesure de flux d induction magnétique (symb.Wb) et de masse magnétique fictive. Une variation uniforme de flux de un weber en une seconde produit une force électromotrice de un volt …   Encyclopédie Universelle

  • WEBER (M.) — Weber est de tous les sociologues modernes celui dont le rayonnement fut et reste le plus grand, tant par l’admiration que par la contestation qu’il suscite. Certaines de ses œuvres continuent à faire l’objet de vifs débats, comme à l’époque de… …   Encyclopédie Universelle

  • weber — WÉBER, wéberi, s.m. Unitate de măsură, în sistemul internaţional, pentru fluxul magnetic. – Din fr. weber. Trimis de cata, 27.02.2002. Sursa: DEX 98  wéber s. m., pl. wéberi; simb. Wb Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic … …   Dicționar Român

  • WEBER (E. H.) — WEBER ERNST HEINRICH (1795 1878) Anatomiste et physiologiste allemand, dont le nom reste attaché au problème du seuil différentiel, Weber fut professeur à l’Université de Leipzig, de 1818 jusqu’à sa mort. Il publia, en 1851, un ouvrage sur le… …   Encyclopédie Universelle

  • Weber — Weber: Weber   общепринятое сокращение (обозначение) имени ботаника, которое добавляется к научным (латинским) названиям некоторых таксонов ботанической (бинарной) номенклатуры и указывает на то, что автором этих наименований является… …   Википедия

  • Weber [3] — Weber, 1) Ernst Heinrich, Physiolog und Anatom, geb. 24. Juni 1795 in Wittenberg, gest. 26. Jan. 1878 in Leipzig, Sohn des Theologen Michael W. (geb. 6. Dez. 1754 in Gröben bei Weißenfels, 1784 Professor in Wittenberg, gest. 1. Aug. 1833 als… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Weber [2] — Weber, 1) Veit, Schweizerdichter in der zweiten Hälfte des 15. Jahrh.; fünf Kriegslieder von ihm befinden sich in Schillings Beschreibung der burgundischen Kriege (Bern 1743, Fol.), einzeln herausgegeben von H. Schreiber, Freib. 1819. 2) Immanuel …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Weber — (izg. véber) DEFINICIJA 1. Alfred (1868 1958), njemački ekonomist i sociolog, brat i suradnik Maxa (Kulturna povijest kao sociologija kulture, Tragično i povijest, Kriza moderne državne misli u Europi) 2. Carl Maria von (1786 1826), njemački… …   Hrvatski jezični portal

  • Weber — We ber, n. [From the name of Professor Weber, a German electrician.] (Elec.) The standard unit of electrical quantity, and also of current. See {Coulomb}, and {Amp?re}. [Obs.] [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English